img_0054
Nous entamons aujourd’hui la publication sur notre site , et par retombée sur notre compte Face-Book, des nombreuses contributions reçues à la suite du drame de la rue d’Aubagne.
Ces contributions témoignent de la colère, de l’émotion, de l’incompréhension ressenties le 3 novembre 2018 par la plupart des marseillais.
Certains accusent, d’autres analysent, d’autres enfin poétisent, mais toutes et tous ont la gorge nouée à l’évocation des 8 habitant.e.s écrasé.e.s par les décombres de l’effondrement des immeubles sis aux 63 et 65 de la rue.
C’est une des plus familières rues de Marseille,  qui part de la place Notre Dame du Mont  – exactement de la place Paul-Cézanne-, franchit par un pont le cours Lieutaud et  rejoint la Canebière ou plus précisément la rue des Récolettes.
Durant le mois qui vient, nous  donnons la parole à tous celles et ceux qui ont voulu témoigner.
Aldo Bianchi, président de « Marseille et moi »