Marseille et le destin commun

cropped-photo-marseille-et-moi-e15133250716951.png

« La France n’est pas une juxtaposition de communautés, la France, c’est un destin commun ». Premier à l’agrégation d’Histoire, premier à l’Ena, Laurent Wauquiez ne veut pas être le dernier à s’approprier les concepts qui courent désormais, de l’extrême-droite à la droite la plus conservatrice. Le maire du Puy en Velay, depuis le Mont Mézenc, où quelque chemin menait sans doute à Compostelle, a lancé sa croisade à la fin de l’été, pour reconquérir les terres dévastées de son camp politique. A défaut de regarder la réalité en face, il dessine une trajectoire qui passe par l’horizon incertain d’une France une et indivisible. A Marseille, ses supporters applaudissent, quand une majorité, de ceux qui appartiennent encore à ce qui fut un parti dominant, se tait.

La cité phocéenne résume « à merveille » (l’expression n’a pas son envers) la complexité du moment, soit la coexistence pacifique, mais fragile et chargée de menaces, de différentes communautés et autant de confessions. Le sénateur-maire, Jean-Claude Gaudin, a estimé prestement en s’installant dans le fauteuil de Gaston Defferre, que l’instance – Marseille espérance – mise en place par feu son prédécesseur, le professeur Robert P. Vigouroux, au cours de la première guerre du Golfe (1990), pouvait être encore un rempart suffisant pour endiguer les assauts radicaux. Si Dieu le veut serait-on tenté d’écrire aujourd’hui, sans risquer le blasphème. La posture leibnitzienne peut-elle se passer, pour autant, d’une nécessaire actualisation des données ?

Les attentats de Catalogne ont rappelé cruellement à la vigilance. Sans basculer dans l’alarmisme, Marseille ressemble sur bien des points à sa grande voisine méditerranéenne. De l’autre côté des Pyrénées nombreux sont les observateurs qui avouent, encore aujourd’hui, qu’ils n’avaient rien vu venir.

La cité phocéenne a fêté, au tournant des XXème et XXIème siècles, ses 2600 ans. Elle a ainsi rappelé au monde ses racines grecques. Un arbre d’acier, près du Parc du XXVIème centenaire, dédié à cette date, rappelle la puissance de cet enracinement. Des milliers de signatures de Marseillais attestent, à ses pieds, de la diversité des fruits qu’il porte aujourd’hui. Cette bienveillance, voulue par la municipalité, était nécessaire mais ô combien insuffisante.

N’en doutons pas la clé pour comprendre ce territoire passe d’abord par la capacité à accepter la complexité pour appréhender Marseille.

Depuis le temps où des marins et des marchands ont découvert la calanque du Lacydon, les vagues d’immigrations – Les Migrances selon la belle expression d’Emile Témime –  n’ont jamais cessé, aboutissant à ce que d’aucuns qualifient de melting-pot, quand d’autres évoquent un « improbable enchevêtrement », culturel et cultuel.  Marseille, carrefour de tant d’espoirs et de désespoirs, aura au fil du temps accueilli et même assimilé, venant des quatre points cardinaux, les hommes et les femmes qui n’ont cessé de l’enrichir. L’Europe, l’Asie, l’Afrique, s’y sont déversées depuis deux siècles. « N’importe qui de n’importe quelle couleur pouvait descendre d’un bateau » s’enthousiasmait l’écrivain Jean-Claude Izzo et même, poursuivait-il, « se fondre dans le flot des autres hommes ». Un bel esprit que ce magistral auteur de polar.

Cette vision généreuse et fraternelle n’empêche pas les faits d’être têtus. Le fracas des attentats et de la guerre ne fait qu’un désormais, et il faudrait être sourd pour ne pas percevoir l’orage qui gronde. A Marseille, comme à Barcelone, on a trop longtemps ignoré une population et une confession que l’on se complaisait à considérer comme « invisibles » et « inaudibles ». L’historien Jean-Louis Planche parlait d’un « racisme de cohabitation et de voisinage ». Ces Africains du Nord, venus en masse, à l’aune des années 50 prospères, industrieuses et dévoreuses de main d’œuvre, n’avaient aux yeux de ceux qui les toléraient ici, dans les quartiers pauvres, qu’une identité au rabais, et une couleur improbable. Certains Marseillais parlaient même des « gris ». Leur culture, leurs mœurs, leur confession, leur vie étaient ignorés, volontairement ou mécaniquement par la majorité. Quelques élus s’y sont immergés pour, le temps d’une élection, faire razzia de misérables voix, troquées contre quelques promesses. Après tout d’autres communautés – Italiens, Arméniens, Sépharades – avaient connu le même sort en sauvegardant leurs traditions, leurs différences, leur identité, avant de se fondre dans la ville.

Mais l’Islam des caves ou des garages a du coup prospérer sans, étrangement, déborder pour autant sur l’agora. Aujourd’hui les langues se délient et quelques témoignages parfois mal identifiés rompent le silence. Lors des manifestations de l’après-Charlie le silence assourdissant des musulmans de Marseille aurait dû nous alerter, autant que le tintamarre abject des 8 000 spectateurs du Dôme lors du passage récent de Dieudonné.

Depuis des décennies, on ne concevait ces hommes et ces femmes qu’à genoux. Ils furent de facto condamnés à la seule prière et cela ne dérangeait personne. A force de se taire, ils ont fini par n’entendre qu’une seule voix et ils n’acceptent pas qu’on la conteste ou qu’on la caricature. Ecartés d’un « destin commun », ils se sont résignés à construire le leur ou à espérer un ailleurs merveilleux. Pour n’avoir pas su leur tendre la main, nous sommes condamnés à faire le premier pas vers eux. Ici et maintenant.

Hervé Nedelec

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s