Marseille village gaulois ?

Marseille village gaulois ?

J’ai été très frappé par la déclaration finale de l’intervention du Premier Ministre à Marseille, le 20 août 2013 :

Si Marseille a besoin de la France, la France a besoin de Marseille.

Depuis près de 50 ans la question se pose. De part et d’autre ? Cinquante ans que, de part et d’autre, on hésite à corriger la tendance séculaire des Marseillais à préférer leur vocation portuaire, ouverts sur le grand large, peu intéressés par leur ancrage au Continent.

Un peu d’Histoire

Il n’est que de voir son histoire depuis un bon demi-siècle :

Elle fut la seule grande agglomération à refuser de suivre la loi sur les métropoles du 31/12/1966, et le Général de Gaulle (vieille amitié de Résistance ?) permit à Gaston Defferre de conserver son indépendance.

Mais sans tarder l’Etat central, par la DATAR, créée en 1963 par O. Guichard, puis dirigée par Jérôme Monod, comprend l’importance majeure pour la France de cette ouverture essentielle, au débouché du couloir rhodanien, sur la Méditerranée et entreprend de corriger l’erreur. Décidé à contourner Marseille, décidemment ville rebelle, cherchant des points d’appui locaux (ce sera souvent la Chambre de Commerce), l’Etat organise la zone industrielle de Fos sur Mer avec l’extension du Port de Marseille, il décide la création du CEA de Cadarache, du CETE, d’Eurocopter, puis grâce à la loi Boscher de 1970, la création des villes nouvelles et des grandes zones industrielles ou commerciales tout autour de l’Etang de Berre, enfin pour relier toutes ces implantations, le maillage de voies rapides, entourant Marseille à 20 ou 30 km. Tout cela créé, organisé avec de hauts fonctionnaires. Marseille, elle, s’enfonce, toute seule, dans le déclin, accueillant les populations les plus pauvres, souvent immigrées, dans les ZUP de Quartiers Nord plus ou moins abandonnés, futurs ghettos qui font trembler aujourd’hui toute l’agglomération, renvoyant, par contre, entreprises performantes ou centres de formation (dont les Universités), dans sa périphérie plus ou moins lointaine.

Une parenthèse qui eut pu être éblouissante si elle avait eu des lendemains : la municipalité de Robert Vigouroux de 1986 à 1995. Le nouveau maire refuse la perspective dont il hérite. Grâce à l’aide de l’Etat, comme toujours, mais cette fois c’est lui qui est à l’initiative, R. Vigouroux lance les grands projets qui forment, encore aujourd’hui, l’essentiel des investissements d’avenir de Marseille : Euro-Méditerranée (encore que, comme le rappelle R.Vigouroux dans une interview récente, « l’actuel maire a largement dénaturé le projet, en en faisant une luxueuse opération immobilière plutôt que le projet à vocation économique et industrielle que nous avions imaginé« ), le Grand Projet de Ville devenu Marseille Rénovation Urbaine (MRU) pour les Quartiers Nord, une vraie politique culturelle, le désenclavement de Marseille par les tunnels Prado-Carénage et Major, la relance de la grande rocade L2, la décision de créer, enfin, la Communauté Urbaine avec les 17 communes environnantes…

La Municipalité suivante terminera ce qui était en cours (sauf la L2, laissée en l’état depuis 17 ans ce qui provoquera la stupéfaction du 1er Ministre lors de sa 1ère visite), les lignes de tram (en transformant radicalement le projet initial de prolongement vers l’extérieur des lignes de métro, le remplaçant par le doublement en surface de ces mêmes lignes en plein centre ville), renvoyant à Fos l’usine de traitement des ordures ménagères, pourtant décidée dans la périphérie proche, créant, à chers deniers dans les Quartiers Sud, un Palais de la Glace et de la Glisse peu fréquenté, décidant de couvrir, en partenariat public-privé, le Stade Vélodrome pour un coût de quelque 270 millions d’Euros, alors que la ville est exsangue…

La grande opération qui donne, aujourd’hui, à notre ville une lumière internationale, Marseille-Provence 2013, support de Marseille capitale européenne de la culture, a été sauvée par l’intervention de la Chambre de Commerce, son président, Jacques Pfister, en prenant la présidence et recrutant successivement pour directeurs généraux deux grands hauts fonctionnaires, Bernard Latarjet puis Jean-François Chougnet.

Si Marseille n’a pas sombré dans un déclin irréversible, c’est probablement grâce à tous ces hauts fonctionnaires, directeurs généraux d’Etablissements publics créés par l’Etat et qui permettent de penser encore aujourd’hui que, malgré la carence d’hommes politiques (de droite ou de gauche et les péripéties de préparation des prochaines élections ne laissent pas beaucoup d’espoir !) plus intéressés par leur réélection, avec la tentation permanente de clientélisme, Marseille peut encore servir la France selon le vœu du Premier Ministre.

Propositions

Si la France a besoin de Marseille, si le 1er Ministre veut être conséquent avec ses déclarations, l’Etat doit en prendre les moyens.

Sans même mettre la ville sous tutelle, L’Etat dispose déjà de moyens considérables qu’il n’utilise peut-être pas assez, notamment les Etablissements Publics et autres GIP, présidés certes par des élus locaux, mais où le pouvoir est assuré par un Directeur Général nommé par l’Etat et sérieusement contrôlés par le Préfet. Nous connaissons déjà plusieurs de ces Etablissements qui ont un rôle majeur, Euro-Méditerranée, le Grand Port Maritime, Marseille Rénovation Urbaine, on pourrait y rajouter MP13, la nouvelle université Aix-Marseille ou la gestion  du futur partenariat public/privé de la L2… Le Pdt de la CUM, Eugène Caselli, par une lettre du 26 Juillet 2013 au 1er Ministre, demande l’extension de l’Opération d’Intérêt National Euro-Méditerranée à l’hypercentre de Marseille.

La Métropole Aix-Marseille-Provence va se mettre en place d’ici deux ans (elle a d’ailleurs été votée sans coup férir et aucun maire n’a démissionné comme certains l’avaient menacé !). D’ores et déjà sa direction est assurée par un Préfet et une équipe de hauts fonctionnaires. L’Etat n’a pas voulu expérimenter le suffrage universel pour renouveler le « système », alors il faut prévoir des mesures transitoires. D’où ma proposition :

Profitant du bouleversement prévisible des structures locales, des élections prochaines, des besoins manifestes de Marseille et de son agglomération,

– l’Etat commence par fusionner Euro-Méditerranée et MRU, sans oublier leur extension vers l’hypercentre et les quartiers Nord élargis, tout en recentrant leur vocation (selon le projet initial rappelé par Vigouroux). Sa direction générale, assurée par un Préfet ou autre très haut fonctionnaire, serait bienvenue.

– La structure MP13 est pérennisée pour prendre en main la politique culturelle et de rayonnement de toute la métropole à l’expiration de l’année européenne.

– Une structure publique, poursuivant la mission de préfiguration (comme ce fut le cas lors de la fondation d’Euromed), sous la direction d’un Préfet, ou assimilé, prendrait en charge jusqu’en 2020 (élection du Conseil Métropolitain au suffrage universel) les grandes compétences définies par la loi. Bien évidemment la direction « politique » sera assurée par un élu (comme pour Euro- Méditerranée), assisté par un conseil mixte.

….

Tout cela ne peut être mis en place que pendant le court instant permis par la conjoncture actuelle. Passées les élections et la mise en place d’Aix-Marseille-Provence, ce ne sera plus possible et tout repartira comme avant. Les besoins de financement considérables nécessités par tous ces projets, forcément mis à disposition par l’Etat, compte-tenu de la dégradation de nos finances locales, peuvent être un moyen de pression efficace.

                                                                            Pierre RASTOIN

                        Ancien adjoint au Logement et au Centre-Ville, ancien adjoint aux Finances

                                      Ancien Maire des 13°/14° Arrondissements (Quartiers Nord)

                                                           Ancien Président de l’OPAC HMP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s